Créature(s)

créature(s)1

Crédit Photo : Isa Giot

2015

Créature(s) est une fable de science-fiction.

Entre l’épopée et la tragédie grecque, la pièce reprend les fondamentaux du théâtre grec et les associe aux codes de la S-F : un comédien et une comédienne sont les protagonistes et jouent les différents rôles ; un choeur de hauts-parleurs, avec son coryphée et ses solistes, contextualise, évoque, commente, contemple ; la pièce se divise en plusieurs épisodes.

Le récit : une scientifique du M.I.T, Esther Gottman, parvient à cloner sa conscience dans un serveur informatique.  Commence alors le Grand Upload : quantité d’humains migrent vers les serveurs, dans le Brouillard. Certains choisissent de se séparer de leurs souches biologiques. Des groupes no-techs veulent en finir avec ce monde de l’Upload. Les Enfants de la Finitude envisagent de faire exploser une bombe à impulsion magnétique pour détruire les serveurs et créer un black-out. Mais la Nature les devance : une tempête électro-magnétique frappe la Terre et renvoie les hommes dans les ténèbres. Bien longtemps plus tard, les derniers descendants des derniers humains se réunissent pour voir dans le passé et découvrir les réponses à leurs questions. Une légende raconte qu’une Intelligence Artificielle, au fond de l’Océan Pacifique, maintiendrait le réseau en vie et posséderait ces réponses. 

La pièce utilise un dispositif scénographique et sonore de 16 hauts-parleurs qui représentent le choeur des Uploadés, les derniers esprits téléchargés ayant survécu à la Grande Catastrophe. Ce choeur, à la façon d’un choeur antique, médite sur l’histoire des hommes. Le récit, alterne un présent au futur lointain, et des flash-backs présentant notre futur proche.

La pièce, très visuelle et musicale, est une méditation poétique sur la condition créatrice de l’homme-créature, sur le statut de la fiction, sur le transhumanisme et le conflit tragique de la finitude face au désir d’éternité.

Conception, élaboration du texte, scénographie, mise en scène : Lise Ardaillon. Conception, élaboration du texte, mise en mots, musiques, diffusion sonore : Sylvain Milliot. Création lumières, régie lumières, régie générale : Vincent Panchen.

Avec : Anne-Shlomit Deonna et Roberto Molo

Production : cie Moteurs Multiples. Coproduction : Théâtre Renoir de Cran-Gevrier, Amphithéâtre du Pont-de-Claix, Université Joseph Fourier de Grenoble. Avec le soutien de la Ville d’Annecy, le Conseil Général de Haute-Savoie, la Région Rhône-Alpes et la SPEDIDAM.

CREATURE(S). Cie Les Moteurs Multiples. Teaser. from Mathieu Bouvier on Vimeo.

Laisser un commentaire